samedi, février 16, 2013

Goodbye Morocco


Le réalisateur algérien Nadir Moknèche, interdit de cinéma dans son pays, a sans doute voulu aborder un grand nombre des problèmes de société auxquels est confronté le Maghreb d'aujourd'hui. Il en résulte un drame âpre et dur traité comme les films noirs américains.
Noir c'est noir: les sans-papiers sénégalais, la pluie sur un chantier à l'avenir compromis à Tanger, des autorités corrompues, une femme considérée comme scandaleuse et qui veut kidnapper l'enfant qu'elle ne peut pas élever...Pour faire dans le tragique faut-il pour autant faire compliqué? Les personnages étaient suffisamment riches et bien campés pour ne pas embrouiller le fil du récit avec des retours en arrière, des chevauchements dans le temps ....J'ai peu à peu renoncé à suivre les péripéties de l'intrigue pour ne garder que l'aspect psychologique de la relation ambiguë entre la femme et son chauffeur. Quant à la détresse de la scène finale, je ne l'ai saisie que très confusément.
On a beau aimé le cinéma, les mises en scène intelligentes, ce film là a tendance à vous plomber l'ambiance du Weekend!

1 commentaire:

lora a dit…

j'aime beaucoup votre site, je le mets évidemment dans mes bookmarks

voyance gratuite par mail