vendredi, avril 28, 2017

Après la tempête

La relation père-fils obsède le réalisateur japonais Kore-eda (Tel père, tel fils) et le début de son film nous réjouit avec cette approche du personnage principal (Ryota) par le biais d'un dialogue entre sa sœur et sa mère qui est en fait le personnage central et qui nous épate à la fois par sa philosophie : apprivoiser les désillusions et par son interprétation (Kirin Kiki est le personnage principal des Délices de Tokyo) .
Bien sûr pour décrire subtilement 3 personnages qui font le bilan de leur vie face à leurs rêves il faut des détails, un contexte mais faut-il vraiment subir par le menu plusieurs des scènes des petits arrangements de Ryota pour arriver à joindre les deux bouts sans payer sa pension alimentaire mais alimenter sa passion du jeu avant d'arriver enfin au non- dénouement (très bien le film est amer jusqu'au bout, le happy end nous est épargné!).

Trop long (2H) ce film est à réserver aux vieilles personnes un peu désabusées qui ont du temps et qui aiment le genre de cinéma présenté dans la catégorie Cannoise un certain Regard.....

1 commentaire:

audrey lefour a dit…

Grâce à votre site je viens d’appendre plusieurs choses. Continuez !

voyance gratuite