dimanche, mai 25, 2008

Deux jours à tuer




A l'inverse du film précédent la narration de Jean Becker est très linéaire; elle nous assène une philosophie un peu simpliste, pleine de bons sentiments. Et bien sûr l'homme qui a réussi est encore une fois un publisciste!
Le "jardinier" était plus réussi et Jean-Pierre Darroussin plus subtil qu'Albert Dupontel omniprésent. Quant aux images tournées en Irlande elles semblent avoir été sponsorisées par l'Office du tourisme irlandais renforçant le ton un peu factice.


1 commentaire:

Laurent a dit…

bonjour !

j'ai adoré ce film...

Comment allez-vous depuis la projection de whatever lola wants?

bon dimanche,

L.